Un temps pour tout, pour tous.

Les dernières quarante-huit heures d’intempéries
que notre commune vient de vivre ont ravivé de cruels souvenirs
pour certaines Lavandourains et certains Lavandourains.

826437200120141023jpg

C’est à eux que s’adresse ce billet par lequel je leur transmets toute mon amitié,
mes vœux de réparation rapide pour les dégats matériels qu’ils auront pu subir
et de réconfort pour les moments d’angoisse vécus,
sans oublier les communes voisines touchées elles aussi
par les pluies violentes qui se sont abattues dans la nuit
de Samedi à Dimanche avec un pic dominical à 8h30.

Les travaux effectués dans le lit du Batailler, l’état des fils d’eaux,
l’engorgement ou les phénomènes d’embâcle des caniveaux
seraient encore à l’origine des dégâts survenus ?

Non, sans user de catastrophisme,
il faut très vite déployer des stratégies pour mettre hors d’atteinte
les riverains qui sont touchés de manière récurrente et systématique
par la brutale montée des eaux à proximité des deux cours d’eaux temporaires
de notre commune en mettant à leur disposition des moyens
de se replier rapidement vers des zones plus sécurisées.

Pratiquer une pédagogie de posture citoyenne face à l’urgence climatique
me paraît pertinent pour éviter d’avoir à déplorer des victimes.
Aujourd’hui, c’est le principal sujet de préoccupation que nous devons avoir.

Car malgré tous les travaux de confortement ou d’élargissement des berges
que nous pourrons dispenser à coup de millions d’€uro,
les ponts qui seront recalibrés et d’après les calculs les plus savants,
les épisodes climatiques que nous connaissons depuis 2008
ne revêtent plus un caractère exceptionnel, décennal ou même centennal.

Ils sont la conjonction d’un réchauffement climatique
connu depuis plus de 50 ans, identifiés et argumentés,
et la pression hasardeuse d’une urbanisation dans des zones
qui autrefois étaient occupées par une agriculture saisonnière
ou par des zones humides qui participaient à la régulation des nappes
par effet tampon entre la terre et la mer.

liste_Rechauffement-climatique_5903

Le temps est donc venu de repenser notre aménagement du territoire
et d’engager des mesures de sauvegarde de l’habitat existant,
avec trois axes de priorités :

– Préserver les dernières zones perméables
pour leur contribution à l’absorption des eaux de surface

– Renforcer où c’est encore possible le cordon dunaire littoral
pour amortir durablement les entrées maritimes
qui seront de plus en plus brutales.

– Mettre en sécurité les populations vulnérables
dans les zones aux abords des deux cours d’eau,
là où les précédentes catastrophes ont laissé des traces.

A ce stade, la politique de salon n’a que faire de déclarations polémiques.

Notre responsabilité à tous est engagée
et le concours de chacun est précieux.

Ce contenu a été publié dans Billet d'humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Un temps pour tout, pour tous.

  1. Sam dit :

    Eh Jean-Lô ne te laisse pas démonter par ces moins que rien sur LT…
    On connait ta nature diplomate et loyal. Tu ne fais rien qui compromet ce que tu es. Même dans les rangs de Bernardi ils balancent sur toi !! Alors tu vois reste toi-même !
    Courage ! La prochaine fois l’ouverture…tu sais ce que j’en pense (lol)

  2. Jojo dit :

    C’est y a 30 ans qu’on aurait du se poser des questions… Ormarine et tutti quanti.
    A cet endroit, on faisait fumer les crapauds,
    on emprisonnait les tetards, ça puait la boue fermentée
    mais quand il pleuvait il: y avait pas d’inondations.

  3. Philippe Lebrun dit :

    Une chose est sûre, face à la détresse des gens on ne bâtit pas une personnalité politique locale.
    S’agiter alors que l’heure est à l’essorage, c’est bien bas.
    Le site de Lavandou Tribune est devenu un prétexte aux jets lapidaires de quolibets…

  4. Nathalie dit :

    Bonjour, les attaques anonymes que vous subissez sur lavandou tribune
    sont insupportables et mériteraient une plainte pour difamation de votre part.
    Comment pouvait vous vous laisser traiter de la sorte,
    comme « la serpillère dans le bureau du maire »…
    Allez foutez moi tous ces lâches anonymes dans le Batailler…!

    • Jean-Laurent Félizia dit :

      Bonjour, ces attaques ne sont pas les premières.
      Quand on est engagé politiquement même à un échelon local (et surtout à un échelon)
      on est aussi exposé à ce genre de traitement.
      Ne soyez pas indignée par ces phrases qui sont pour la plupart en provenance
      d’une seule et même source. Le mandat que j’occupe est ma principale priorité.
      J’oeuvre comme je peux en étant utile pour les dossiers auxquel je peux contribuer.
      Le reste ne m’importe pas, la politique de la chaise vide non plus.
      J’ai mon franc parler et ma nature méditerranéenne pour dire avec humour et ironie
      les choses qui m’interpellent. Ce code de langage n’est semble t-il pas compris de tous.
      Tant pis, faire de la politique au Lavandou, c’est aussi prendre des coups.
      Depuis vingt ans d’engagement c’est un exercice pour lequel je suis rompu.
      Par ailleurs, la question de l’anonymat dans les réseaux sociaux me pose problème.
      Je suis plus adepte des débats ouverts, même vifs et passionnés plutôt
      que partisans des pseudonymes, des conciliabules ou des ralliements opportunistes
      de dernière minute…
      Bien à vous, Jean-Laurent Félizia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *