« L’esprit village »

Qui dans votre entourage ne vous a pas t-il dit: « ces constructions ont dénaturé notre village, notre esprit village » ?

Faudrait-il encore être naïf pour croire qu’ un règlement d’urbanisme soit suffisant pour conserver notre identité, qui plus est son environnement et son architecture (Les deux étant indissociables). Il y a aussi la volonté politique, le courage pour maîtriser ce PLU et la recherche historique de la singularité d’un territoire.

La Provence c’est quelque chose d’immense sur le plan culturel, des traditions et des coutumes. Mais la Provence a souffert et de plus en plus d’une activité tournée principalement vers le tourisme.

Ce sont biens ces moyens financiers qui sont le témoignage de décennies d’altération de notre environnement et de notre patrimoine. Des villages transformés pour des résidences secondaires et qui font des villages inertes 8 à 10/12 mois – puis pendant ces deux à quatre mois ils sont vivants d’une vie de vacances, d’une fréquentation étrangère, d’une vie retranchée de la vie des gens d’ici.

On n’a pas respecté les siècles de tradition qui racontent une certaine façon de vivre ou de construire entre l’ombre et la lumière.
Ici le soleil a été le premier architecte du moins aussi longtemps que les gens ont bâti pour y vivre 12/12 mois.
Le soleil est toujours là, mais la marée touristique a déferlé sur le littoral en faisant oublier les règles les mieux établis.
Nous n’arrêterons pas la demande, notre territoire reste attractif malgré notre perte progressive d’identité. Vous savez: ces coteaux de vignes, ces murs de pierres sèches, ces toits de tuiles rondes, ces restanques, nos massifs forestiers oubliés, l’authenticité d’un village de pêcheur.

Alors nous chercherons à être des nouveaux bâtisseurs en s’inspirant des anciens par des règles qui pour eux étaient le résultat de siècles d’expérience.
Nous aurons l’audace et le courage de relancer l’économie et les ressources en exploitant et en modernisant des traditions ancestrales, en faisant de chaque espace et bâtiment public une richesse commune. Le tout, associé à une politique de formation qui un chemin vers la citoyenneté.

Je pense au savoir faire local, aux activités économiques d’ici qui ont disparus mais aussi à la modernité: la robotique agricole, les biotechnologies, l’agriculteur numérique, ou bien le développement de la filière bois, de nouveaux types de construction…
Chaque projet doit prendre en considération notre identité patrimoniale et culturelle. Ce qui suscitera aussi d’autres intérêts pour notre tourisme hors vacances scolaires.
Par conséquent nous devons donner un second souffle à cette activité par des projets de recomposition territoriale comme est en train de faire la commune de Lacanau dans le département de la Gironde en diversifiant ses activités touristiques dans les secteurs rétro-littoraux. Nous voulons avoir un temps d’avance, j’ai la certitude que nos idées deviendront populaire.

Florian Janetti

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *