CARREFOUR INEVITABLE AVANT SORTIE DE ROUTE !

Serait-ce une fin d’année bien encombrée… ou une fin de décennie, d’une époque ?

Ces derniers temps, entre gilets jaunes et galettes de pétrole flirtant au large de nos côtes comme autant de risques de submersion marine, les difficultés économiques touchent aussi le Lavandou. Et les commerçants, les artisans et tous les acteurs professionnels crient haut et fort leur perplexité comme un appel au secours.

Toutefois, si les sources de ces phénomènes sont bien loin d’être aussi soudaines qu’elles ne le laissent paraître, le cadre de notre vie locale se fissure et craque comme un vieux vêtement trop longtemps porté, auréolé d’un souvenir confortable et qui pourtant n’est plus à notre taille.

Alors que certains cherchent à conserver et à prolonger le port de cet habit usé et déformé,
d’autres ont depuis longtemps tracé le patron d’un vêtement durable épousant ses nouveaux contours.
L’urgence qui se faisait sentir depuis un moment n’autorise pas pour autant le fracas.

En tout cas pour notre groupe la Ville Heureuse, c’est précisément l’inverse.

Selon certains observateurs avisés de la vie politique, si autant d’élu.e.s ont déjà choisi de jeter l’éponge à l’orée des prochaines échéances électorales, notre courage se fait fort de penser (panser) le destin d’une cité des Dauphins qui puisse trouver une relance prospère et durable.

L’observation, l’écoute, l’échange par un dialogue constructif et enfin, l’orientation apaisée constituent
pour nous l’unique modus operandi, la méthode comme on dirait, comme conduite respectable et concertée.

Il est grand temps de la réaliser tant dans les esprits qu’à travers les actes.
Ceci non pas pour survivre et offrir un quotidien moribond tournant en rond, mais afin de proposer une vie générant de l’enthousiasme avant que les possibilités de le faire s’amenuisent et compromettent cet horizon.
Ce qui est en jeu n’est plus simplement le changement d’un cadre de vie pour un autre.
Au sein de la période où nous nous trouvons c’est l’existence même d’un cadre de vie, quel qu’il soit,
qui est remise en question. Car notre village a chevillé au corps le dur désir de retrouver une forme
de cohésion assurant le lien intergénérationnel et la rencontre sereine de toutes celles et tous ceux
qui ont fait et continuent de faire le Lavandou.

Laissons ainsi le chaos aux grandes villes et accompagnons plutôt avec responsabilité et bon sens la possibilité d’un avenir heureux pour TOUS les lavandourains.

Jean-Laurent Félizia

Ce contenu a été publié dans Gazette du Lavandou. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *