Recueillement et responsabilité collective

Comment rester de marbre après la nuit de drame
que ces femmes, ces hommes, ces enfants, ces familles
ont vécu à Nice aux portes de l’enfer alors que
toutes et tous étaient venus caresser le rêve d’un soir de fête
sur la Côte d’Azur, un soir de 14 Juillet, tout un symbole.

Alors que la classe politique se déchire pour
tantôt minimiser tantôt extrapoler les conditions du
« on aurait pu éviter cela », je veux saisir l’occasion
de ce billet pour poser momentanément le voile du silence
sur ces miasmes et sonner le glas du recueillement.

Demain, l’été brûlant et sa cohorte de manifestation festive
reprendra sa trajectoire, l’économie qui y est liée aussi.

Mais au-delà de ce que la violence sème sur son passage
et met le doute quant à nos habitudes de vies,
il faut rassembler ce qu’il y a de plus fort en nous
et rester collectivement responsables.

Tout d’abord, il ne faut pas croire que c’est une croisade
qui anime ces fous en guerre contre la vie, la joie et l’amour
mais que c’est bel et bien un exutoire désespéré qui les met
en proie à des actes suicidaires pour nous et eux-mêmes.

J’ai l’intime conviction que l’abri contre ces actes n’existe pas.
En Novembre à Paris, hier à Nice, demain…

Alors oui, les symboles déclencheurs sont nombreux,
devons-nous les brandir comme force de vie ou les mettre en sourdine
momentanément pour éviter d’autres drames ?

Comme beaucoup je me questionne sur TOUS les symboles
qui pourraient exposer mes semblables à l’appétit meurtrier
de ces êtres humains sans plus aucun lien avec l’essentiel, la vie,
mais plutôt dans une surenchère du toujours plus atroce !

TOUS les symboles, la foule, la fête, la joie, les excès en tous genres,
l’expression religieuse sur la voie publique, les signes extérieurs de richesse,
le manque d’égalité, TOUS ces symboles qui habituellement ne nuisent pas
au vivre ensemble mais qui aujourd’hui ont fait éclaté la soupape de l’insoutenable.

Au lieu de vouloir conjurer le sort ou de jouer avec le diable,
je propose modestement d’abonder dans la modération et la sobriété…
avec la bienveillance qui s’impose en pensant aux chagrins de celles et ceux
qui ne verront plus le 14 juillet de leur vie comme une fête Nationale.

VIVE LA VIE

Jean-Laurent Félizia

Publié dans Billet d'humeur | Laisser un commentaire

Reflexions inspirées par l’article “Malaise sur le Port”.

Nous avons reçu un courriel accompagné d’un  texte
de la part d’un plaisancier que nous publions
dans nos colonnes virtuelles 
non pas pour
qu’il suscite polémique mais parce 
qu’il pourrait
ouvrir un débat que nous aurions plaisir

à animer ou à modérer si la tournure
des échanges 
prenaient un virage abusif.

Port du lavandou

« Usager du port du Lavandou depuis de nombreuses années
et lecteur régulier de vos chroniques, je me suis longtemps
posé la question de savoir pourquoi ni les élus ni la population
ne s’inquiétaient de la vie du port.

La lecture de cette chronique me donne enfin l’occasion de m’exprimer,
et peut-être d’exprimer ce que ressentent ceux qui comme moi,
usagers occasionnels réguliers ou non, ou amodiataires ne peuvent exprimer
à visage découvert.

J’évoque bien évidemment ce que sont les nuits
sur le nouveau port en Juillet et Août, et souvent
le week-end pendant les mois qui précèdent ou suivent la saison estivale.
Nuits Blanches bien sûr !
Avec leur cortège de désagréments et d’ennuis.
Nuits blanches, offertes par le Maire en sus des prestations
si bien décrites dans les dépliants édités et distribués
par votre municipalité et l’office du Tourisme.

Alors même que la lutte contre le bruit est une cause nationale,
tout usager de ce port verra sa nuit transformée en enfer !

Les 4 ou 5 établissements de restauration ou bars
qui jouxtent les quais, tous munis d’une autorisation d’ouverture
tardive (3 heures du matin) confondent à l’envi ouverture tardive
et ouverture de leurs portes et fenêtres, quand leurs soirées,
ne se déroulent pas directement sur les quais !

La nuit leur appartient, les quais aussi, ou la petite placette
située derrière le magasin d’accastillage, qui chaque soir
se voit transformée en boite de nuit à ciel ouvert avec DJ,
table de mixage et sono installés à l’extérieur.

Les usagers de passage, stupéfaits, n’ont d’autre recours,
pour ceux qui se décident à franchir le pas,
que de laisser de timides messages sur le livre d’or de la capitainerie.

Peu d’entre eux alertent la police municipale.

Au mieux celle-ci, si bien évidemment elle n’est pas occupée
à d’autres opérations plus importantes, interviendra,
auprès des tenanciers de ces établissements tout en sachant
par avance l’inutilité de son action.

A titre d’exemple, dans la nuit du 14 au 15 août 2014
une pizzeria à l’ouverture récente a organisé un karaoké
jusqu’à 3 heures du matin, dont tous les bateaux présents
ont pu profiter jusqu’à la panne d’accueil ou la digue
tant le niveau sonore était important.

10 minutes après le premier passage de la Police Municipale,
la fête avait repris de plus belle.
Le policier municipal de permanence, contacté une fois de plus,
dira découragé à ses collègues “ C’est reparti à la G …”.

Quel dévouement ! Mais aussi quel sentiment d’inutilité.
Quelle lassitude d’être ridiculisé et sans soutien !

Ne vous plaignez pas non plus à la capitainerie.
Les employés de bureau présents ne sont pas informés
de quelconques nuisances liées au bruit sur le port !
Omerta quand tu nous tiens…que ne ferait-on pas en ton nom !

Et le 15 Août, ne perdons pas les bonnes habitudes,
une soirée DJ sera organisée par un des bars,
directement sur le quai et la contre-allée desservant le parking,
soirée dont le niveau sonore maintiendra à l’extérieur,
sur les quais ou dans les cockpits la totalité des équipages des bateaux
présents dans le port cette nuit-là.

L’office du tourisme avisé, nous indiquera signaler ces incidents
en fin de saison au Directeur des services. Même réponse auprès du secrétariat du Maire….

Sans parler de la sécurité publique.
Régulièrement vers 3 ou 4 heures du matin, les habitués de ces établissements, généralement ivres au dernier degré, se bousculent et se jettent dans les eaux du port,
ou viennent faire leurs besoins sur les bateaux, occupés ou non,
brisant au passage quelques bouteilles, de préférence sur les ponts !

De toutes jeunes filles, sans pudeur aucune, que leur ivresse rend incapable
de vérifier l’absence de tiers à proximité, se soulagent directement sur les quais….
Quelle tristesse !

Tout ceci est naturellement su et connu des autorités municipales
pour avoir été dénoncé maintes fois par les uns ou les autres.
Insuffisamment en tous cas.
Une pétition a paraît-il circulé il y a quelques années.
Aussitôt victime du classement « poubelle ».

Mais votre maire se souviendra certainement du CD
qui lui a été adressé il y a deux ans, et comportant
une vidéo du port avec en fond sonore le CIRKUS
filmé à 2 heures 30 du matin.

Tout ceci n’existe que par la complicité passive
des autorités municipales du Lavandou.

Elle en devient active par la volonté affirmée de ne pas agir.

Ne vous payez pas de mots ! Traînez sur les quais du nouveau port.
Ayez du courage et faites-le à 2 heures du matin au mois d’août.

Les bateaux de passage ne repassent pas,
sauf impossibilité manifeste ou nécessité familiale ce qui est mon cas.
En cas de coup de vent, les ports environnants sont leurs préférés
mais les places sont chères.
Alors ils finissent par chercher refuge au Lavandou. Et repartent dès qu’ils le peuvent… Hébétés et plus fatigués qu’à leur arrivée !

Le Lavandou est une ville magnifique, mais il se dit sur les quais
que son maire n’aime pas la mer.

Dommage pour une ville qui se veut une station balnéaire de réputation,
d’avoir un port si dramatiquement délaissé, ou en tout cas,
dédié au seul profit, sans règle ou contrainte aucune,
de 4 ou 5 tenanciers de bars.

La ville du Lavandou aurait-elle, par une délégation de service public
d’un nouveau genre, délégué la salubrité et la sécurité publiques sur le Port,
à ces personnes ?

Aux autorités municipales de répondre avant
que les autorités préfectorales ou judiciaires ne le fasse
dans des circonstances dramatiques ou malheureuses.

En tous cas le personnel du port sans distinction aucune
est incontestablement dévoué au service des plaisanciers.
Mais ceci ne compense pas cela.

Vous avez ouvert la voie en publiant cet extrait des délibérations
du conseil municipal et les commentaires qu’elle suscite.

Ne la refermez pas et faites en sorte qu’il soit mis fin
à ce que certains dans le livre d’or ont qualifié d’état de non-droit !

Les plaisanciers usagers du port du Lavandou
vous confient la tranquillité et la sérénité de leurs nuits.
Respectez-les ! Et faites-les respecter !

C’était une photo souvenir du Port du Lavandou.
Faites-en bon usage.
Les usagers du port souffrent et sont las d’être trompés.

Monsieur le Maire, cessez de les mépriser !

Albert GALLI

Publié dans Billet d'humeur | 2 commentaires

L’Hôpital se fout de la charité !

Comme pour ces accusations qui voudraient faire passer les bénéficiaires
du RSA ou les allocataires de l’assurance-chômage pour
des tricheurs ou des voleurs ou encore ces travailleurs pauvres
qui se rendent aux Restos du Coeur et qui n’ont pas d’autres choix
pour subsister et que l’on traitent plus bas que terre, on laisse passer
sans répondre ces faits d’armes politiques que le Front National
utilisent contre les partis républicains, souvent soutenus par
une certaine presse bien-pensante…

Aussi voici la liste non-exhaustive des condamnations
de membres du Front National.

Cette liste a été réalisée en effectuant des recherches sur internet
et grâce au travail de certains internautes.

Il est possible que certains jugements aient évolués
sans qu’ils n’en soient trouvés la trace.

Sur cette liste les condamnations sont très graves,
voici donc approximativement ce pourquoi près de 18% des français
ont voté à l’élection présidentielle de 2012 mais étaient-ils au courant
de ces faits ?

Pour certains oui, ils cautionnent donc de tels actes, pour tous les autres
qui se sont fait embobiner, il est temps de les réveiller et de regarder la vérité en face.

La première date correspond à l’époque des faits,
la deuxième correspond au moment de la condamnation.

Si une seule date est inscrite, il s’agit de celle de la condamnation.

Le Front National 1992-1996, condamné pour avoir vendu une investiture.

Le Front National 2002, condamné pour avoir utilisé de manière dévalorisante
l’image d’une personne.

Le Front National 2002, condamné pour avoir utilisé sur son site
les clichés protégés de l’AFP.

Le Front National 2008, condamné pour avoir utilisé sans autorisation,
en la détournant, la célèbre photo du « Che au béret et à l’étoile ».

Le Front National 2007-2009, condamné à rembourser plus
de 6,3 millions d’euros de dettes majorées de près de 600 000 euros d’intérêts
à Fernand Le Rachinel.

Le Front National 2009, condamné à détruire ses tracts.

Le Front National 2010, condamné à retirer ses affiches litigieuses.

1995, trois colleurs d’affiches du Front National ont été condamnés
pour le meurtre d’Ibrahim Ali-Abdallah.

2004, un membre du Front National dont l’identité n’a pas été révélée
a été mis en examen et écroué pour la profanation de 127 tombes
du cimetière juif de Herrlisheim.

2007, un membre du Front National dont l’identité n’a pas été révélée
a été mis en examen pour l’assassinat de Karim Zaiter, un pilote de quad,
la veille de Noël, puis incarcéré.
Il affirme avoir tiré au hasard sur un des engins qui tournaient
sur le square sans vouloir tuer.

2009, quatre membres du Front National dont les noms n’ont pas été révélés
ont été condamnés pour coups et blessures après avoir attaqué un homme noir
une fois le repas patriotique organisé par le FN terminé.

Alexandre Gabriac (FN) 2007, mis en examen pour ses liens étroits
avec un commando d’extrême-droite ayant tenté de cambrioler
un stand de tir à Saint-Andéol-le-Château, dont l’aventure s’est terminée
par le meurtre du Gendarme Ambrosse.

2009, condamné pour apologie de crime contre l’humanité,
injures à caractère raciste et violences volontaires ayant entraîné
une incapacité de travail supérieure à 8 jours.

Alexandre Simonnot (FN) 2006-2010, condamné pour avoir détruit
un préservatif géant à l’occasion de la journée mondiale contre le Sida.

Antoinette Martinet (FN) 1997 à 1998, condamnée pour provocation à la haine,
à la violence et à la discrimination.

Bruno Gollnisch (FN) 2004-2007, condamné en première instance
et par le Conseil d’État pour contestation de l’existence de crime contre l’humanité (négationnisme), la Cour de Cassation va pourtant casser sans renvoi
l’arrêt de la cour d’appel. 2008-aujourd’hui, poursuivi en justice pour incitation
à la haine raciale.

Bruno Mégret (Fondateur du MNR et membre du FN) 1998,
condamné pour avoir tenu des propos sur l’inégalité des races.

2002-2002, condamné pour avoir envoyé aux frais de la commune de Vitrolles
plusieurs milliers de lettres appelant à parrainer sa candidature pour l’élection présidentielle.

2006, condamné pour détournement de fonds.

Calude Jaffres (FN) 1997, condamné pour usurpation de fonction.

Catherine Mégret (FN) 1998 et sa Mairie de Vitrolles
furent condamnés pour discrimination et incitation à la discrimination.

2002, condamnée pour avoir envoyé aux frais de la commune de Vitrolles
plusieurs milliers de lettres appelant à parrainer la candidature de son époux pour l’élection présidentielle.

2006, condamnée avec son mari pour détournement de fonds.

Cédric Bégin (FN) 1999-2002, condamné pour détention sans autorisation de munitions
et d’armes, condamné pour incitation à la haine raciale.

Christophe Klein (FN) 1999-2002, condamné pour provocation à la discrimination raciale.

Claude Jaffrès (FN) 1997, condamné pour abus d’autorité et usurpation de fonction.

Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme,
fausses factures et emploi fictif. Condamné pour harcèlement moral.

Denis Monteillet (FN) 1995, condamné pour avoir inscrit plusieurs personnes
de son voisinage sur la liste présentée par son parti au municipales
sans les avoir prévenues.
Le Conseil d’Etat a annulé les élections des conseillers municipaux FN
pour « liste irrégulière ».

Emilien Bonnal (FN) 1985, ex-candidat FN aux cantonales et municipales,
a été  reconnu coupable de meurtre, alors qu’il collait des affiches pour le FN,
pour avoir tué Abdallah Moktari, 23 ans ; qui l’avait insulté. 8 ans de prison.

Francis Watez (FN) 1995, condamné pour incitation à la discrimination raciale
pour avoir collé des affiches proclamant : « Musulmans, Barbaresques, Algériens, terroristes ou non, tous dehors » et « Refuser l’intégration de ces sauvages est un devoir national ». (2 ans d’inéligibilité et 50.000 FF  d’amende).

François Nicolas-Schmitt (FN) 1997, condamné pour détournement de fonds.

Gilles Lacroix (FN) 1997-1997, condamné pour complicité de violence en réunion,
avec arme et préméditation et pour complicité de destruction de biens.

Georges Theil (FN) 2001,  condamné pour contestation de crimes contre l’Humanité. 2004-2006, de nouveau condamné pour contestation de crimes contre l’humanité.

Jacky Codvelle (FN) 1990, condamné pour avoir mis le feu à la voiture
du député du Rhône et maire PS de la ville, Jean Jacques Queyranne
pour fêter le 14 juillet.

Jacques Bompard (FN) 2008-2010, mis en examen pour prise illégale d’intérêt.

Jacques Coutela (FN) 2011, mis en examen pour incitation à la haine raciale
suite à son apologie d’Anders Behring Breivik, auteur des attentats d’Oslo.

Jean Holtzer (FN) 1990, ex-candidat FN aux cantonales a été reconnu coupable de vol à main armé pour avoir braqué une banque (8 ans fermes).
Cet ancien avocat général avait un jour réclamé la peine de mort
pour une histoire  identique.

Jean-Claude Poulet (FN) 1992, condamné pour avoir battu sa femme
pendant quinze ans pour « la stimuler au travail…
Il fallait que je la stimule assez fréquemment »

Jean-Marc Maurice (FN) 2004 à 2009- 2010 à 2011, 6 condamnations.
Condamné pour outrage à agent dépositaire de l’autorité publique,
vol, escroquerie, banqueroute, travail dissimulé et non déclaré, abus de bien sociaux.

Jean-Marie Le Chevallier (FN), condamné pour subornation de témoin
dans l’affaire du meurtre de son directeur de cabinet.

Jean-Yves Douissard (FN) 1999-2002, condamné pour incitation à la haine raciale.

Joël Klein (FN) 1998, condamné pour coups et blessures sur un Nord-Africain.

Laurent Mirabeau (financier de JM LePen) 1994, condamné pour escroquerie
et exercice illégal de la profession de banquier.

Louis Aliot (FN) 2008, condamné pour diffamation.

Louis de Noëll (FN) 1997, condamné pour détournement de fond.
Il avait utilisé de l’argent de la société dont il est le gérant pour s’acheter
un appartement à Paris, un autre à Perpignan et une villa sur la mer.
1 an avec sursis et 50.000FF d’amende.

Marc Georges (FN) 1995, condamné pour avoir blessé par balle un jeune homme.

Marc Lyoen (FN) 1997, condamné pour avoir employé des clandestins.

2008 : Candidat régulier du F.N condamné cette fois pour fraude au RSA.
L’ancien dirigeant départemental du FN devra payer une amende de 500 euros
et rembourser 15 000 euros au Conseil Général de Maine et Loire.

Marcel Mazières (FN) 1995, condamné pour avoir envoyé à un professeur de philosophie une lettre anonyme injurieuse.
Extrait : « Vous transformez nos classes en goulag politique, votre aspect physique
est disgracieux et, apprenant que vous êtes homo, cela est risible ».

Marine Le Pen (FN) 2008, condamnée pour diffamation.

Pascal-Bernard de Leersnyder (FN) 1991,
condamné pour actes de torture sur un enfant de cinq ans.
reconnu coupable de violence sur mineur pour avoir appris l’allemand au fils
de sa compagne à coup de poing (jusqu’au sang) et pour lui avoir plongé la tête
dans les WC ( « Il n’était pas digne de la salle de bains » ).
13 mois de prison dont 10 fermes.

Patrick Bassot (FN) élu dans le Vaucluse 2012, a été condamné à 1.000 euros d’amende pour « incitation à la discrimination, à la haine et à la violence
à l’encontre des immigrés ».

Patrick Binder (FN) 2010-2011, condamné pour injure publique et provocation
à la haine raciale. 2004-2005, condamné pour injures racistes en public.

Philippe Bernard (FN) 2004-2008, mis en examen pour faux et falsification,
abus de confiance et escroquerie.

Philippe Viard (FN) 1998, mis en examen et probablement condamné
depuis pour discrimination en raison de l’origine, de l’appartenance ou
la non-appartenance vraie ou supposée à une ethnie, une nation ou une religion
non déterminée.
Condamné pour injures et pour délit de fuite après avoir renversé un enfant.

Pierre Van Dorpe (FN) 1989, condamné pour avoir tiré à l’aide
de son fusil à pompe sur un groupe de jeunes d’origines maghrébine
en blessant au dos l’un d’eux parce qu’il faisait trop de bruit.
Le FN lui paye ses 15 000F de caution. 15 mois avec sursis.

Raynald Liekens (FN) 1994, condamné pour le meurtre d’une juive.
Il a déclaré : « Elle était plus gentille avec moi que personne ne l’avait été jusque-là.
Mais, quand j’ai appris qu’elle était juive, j’ai décidé de la tuer car les juifs
sont les ennemis de la race blanche ».

Richard Jacob (FN) 2010-2011, condamné pour outrage et rébellion.

Roger Fabregues (FN) 1996, condamné pour trafic de drogues.
Il avait profité d’un voyage au Maroc pour importer du haschisch (2 ans de prison).

Sylvain Ferrua (FN) 1996, condamné pour proxénétisme 1 ans avec sursis
et 50.000 F d’amende.

Tanguy Deshayes (FN) 2008-2009, mis en examen pour menaces de mort,
il a confirmé en être l’auteur. Quelques années auparavant il avait été condamné
pour bagarre ainsi que pour port d’arme.

Valls et André (FN), condamnés pour violence avec arme.

Xavier Voute (FN) 1997, condamné pour avoir aspergé de gaz lacrymogène
des militants de Ras l’Front (mouvement anti-FN).

Yannick Lecointre (FN) 2010-2011, condamné pour trafic de drogue
(transport, détention, acquisition, cession et emploi non autorisés de stupéfiants).

Jean-Marie Le Pen (FN) :

(Redressement de 1,4 Millions de Francs), reconnu coupable d’apologie
de crime de guerre dont la déportation pour l’édition d’un disque sur lequel on peut entendre « un hymne du parti nazi » et « Vive Hitler », reconnu coupable d’antisémitisme insidieux, reconnu coupable de banalisation d’actes jugés constitutifs
de crimes contre l’humanité (11/10/1989) pour avoir qualifié les chambres à gaz
de « point de détail » de la 2ème guerre mondiale, reconnu coupable de captation d’héritage, 5.000F à verser, reconnu coupable d’agression d’un candidate socialiste,
3 mois avec sursis, 20 000F d’amende, 2 ans d’inéligibilité, reconnu coupable d’avoir
tenu des propos sur l’inégalité des races avec B.Megret.
Condamné à verser 10.000F a L’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France)
et à publier à ses frais le jugement dans 3 hebdomadaires (30.000F par publication).

Liste de ses condamnations :

1960, condamné pour menaces de mort proférées
à l’encontre d’un commissaire de Police.
1964, condamné pour coups et blessures volontaires.
1969, condamné pour coups et blessures volontaires.
1971, condamné pour apologie de crime de guerre.
1986, condamné pour antisémitisme insidieux.
1986, condamné pour apologie de crimes de guerre dont la déportation.
1987, condamné pour provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale.
1991, condamné pour  trouble manifestement illicite à l’ordre public.
1991, condamné pour banalisation de crimes contre l’humanité
et consentement à l’horrible.
1992, condamné pour diffamation.
1993, condamné pour injure publique.
1995, condamné pour oublis de plus-value boursière et sous-estimation de loyer.
1996, condamné pour avoir tenu des propos ayant gravement
porté atteinte au président du tribunal d’Auch.
1997, condamné pour avoir injurié l’association Ras l’front (mouvement anti-FN)
de « mouvement de tueurs de flics ».
1997, condamné pour avoir injurié le président de SOS-Racisme.
1997, condamné pour banalisation de crimes contre l’humanité
et consentement à l’horrible.
1998, condamné pour injures publiques et violences sur personne dépositaire
de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions.
1998, condamné pour avoir présenté une tête en carton à l’effigie de Catherine Trautmann.
1998, condamné pour avoir déclaré « Je crois à l’inégalité des races ».
1999, condamné pour incitation à la haine raciale et apologie de crime de guerre.
2002, condamné pour avoir reproduit sans autorisation un reportage
de treize photographies prises par l’AFP.
2004, condamné pour provocation à la haine raciale.
2005, condamné pour incitation à la haine raciale.
2008, condamné pour complicité d’apologie de crimes de guerre et contestation
de crime contre l’humanité.

Publié dans Billet d'humeur, Média | Marqué avec | Laisser un commentaire

Tribune commune

Motion votée de manière unanime
(abstention de M. Beaugeois) lors du Conseil Municipal
du 20 Janvier 2015 à l’initiative
des trois groupes 
composant l’assemblée municipale.

« LIBERTE – EGALITE – CHARLIE

Mercredi 7 Janvier, à 11h30 au siège de Charlie Hebdo,
un bastion pour l’enfance de l’âme est tombé sous des balles assassines.

Avec Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Bernard Maris et Honoré,
c’est une partie de nous-même qui s’est littéralement envolée.

Au travers de cet acte infâme, lâche et criminel, et les autres victimes,
des civils, des policiers, toutes et tous innocents, c’est une manière obscurantiste
de voir la vie en société qu’il faut condamner.

C’est aussi un des piliers fondamental de notre démocratie
qui est ébranlé et qu’il faut dès à présent ranimer,
la liberté d’expression.

Au triptyque de la République Française, plus que jamais,
il faut associer, la laïcité comme socle salutaire à l’expression
sans frontière de l’altérité et des différences.

Reste à transformer l’essai de la plus formidable
mobilisation populaire depuis la libération.

La démocratie a besoin d’être défendue, vivifiée, ressourcée par la somme
de nos engagements individuels quel qu’en soit le niveau, dans la vie locale,
associative, culturelle, économique , syndicale, politique.

Nous sommes un pays laïc où le souffle commun
du libre arbitre doit poursuivre son chemin d’espérance.

Alors sans amalgame, ni récupération, sans céder non plus
à la panique et aux peurs, mais avec la fière allure de résistants…

« Sur les champs sur l’horizon, Sur les ailes des oiseaux,
Et sur le moulin des ombres, J’écris ton nom »… CHARLIE »

Groupes REGAIN, LA VILLE HEUREUSE et LAVANDOU CAP 2020

nous-sommes-tous-charlie

Publié dans Billet d'humeur, Média | Marqué avec | Laisser un commentaire

Les 10 salauds !

Samedi vers onze heures, une collègue du Conseil Municipal
rentrant de quelques courses en ville pour regagner son domicile
à Saint-clair, a trébuché et s’est littéralement affalée sur la chaussée
au moment d’emprunter un passage protégé.

En difficulté pour se relever, s’étant cassé le bras
(l’hôpital le diagnostiquera un peu plus tard),
il eut été normal que de « bonnes âmes » lui portent secours.

Pas du tout.

Pas moins de dix voitures sont passées sans même ralentir
et lui demander si elle avait besoin d’aide.

10 voitures conduites par 10 salauds qui ont bien fait
de rentrer chez eux pour se cacher !

street photography_4b93f6f5de0f2_hires

Au bout de quelques minutes, notre collègue est allée solliciter
le personnel de l’Auberge de la Calanque qui s’est montré bien plus humain
et lui a proposé spontanément de la raccompagner à son domicile.

Une fable, un conte, non une morne réalité que notre monde vit.

Que dire sinon que le repli sur soi et l’égoïsme n’a été que peu atteint
par les évènements de ces derniers jours.

Quand certains ont toujours été Charlie….
et d’autres ne le seront sans doute jamais !

Publié dans Billet d'humeur | Marqué avec | 3 commentaires

Enquête Publique sur la Charte du Parc National de Port-Cros

Elle sera close Vendredi 16 Janvier.
Nous avons déposé la contribution de la Ville Heureuse
par voie électronique.

Nous nous sommes étonnés de ne pas voir figurer
les avis même négatifs
des détracteurs de ce projet.

Nous rappelons qu’une enquête publique est un des outils précieux
de notre démocratie permettant l’expression libre des citoyenNEs
sur des sujets qui peuvent concerner leur quotidien.

Est-ce à dire qu’un jour CHARLIE, l’autre dans le déni ?  Curieux !

Voici notre contribution :

INTRODUCTION
La nouvelle Charte du Parc National de Port-Cros, créé par décret du conseil d’état
N°63-1235 le 14 Décembre 1963, vient conclure 3 années de travail
(depuis le 4 Mai 2012, date du Décret de Périmètre du Parc) concerté
entre 64 membres composant le CESC (Conseil Economique Social et Culturel)
et venus de la société civile mais également représentants de l’administration
et des institutions œuvrant dans les sphères économiques, sociales et associatives.

carte_PNPC_imagelarge

Cette Charte renouvelle un fonctionnement par chartes différenciées
(plongeurs, pêcheurs, guide-nature) et se veut dans le prolongement de
la loi GIRAN N° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux et consolidée le 1er Janvier 2014.
Cette charte est la 4ème version aboutie depuis le début des travaux de co-écriture
et prévoit les orientations et les objectifs à atteindre pendant les 15 années de sa validité.

Cette Charte dont l’approche est démocratique a fait l’objet, le 17 Octobre 2014, d’un vote à l’unanimité des groupes politiques en session plénière du Conseil Régional PACA.
Elle a également été débattue au sein des assemblées municipales des 11 communes littorales situées sur le périmètre d’adhésion du Pradet à Ramatuelle.

L’enquête publique à laquelle nous contribuons est l’occasion de faire partager
au pétitionnaire nos points de vue tant sur le fond que sur la forme.

yannarthusbertrand_067

ANALYSE DES OBJECTIFS

La loi GIRAN N° 2006-436 du 14 avril 2006 et l’écriture d’une nouvelle Charte succédant à toutes celles qui ont fait usage pendant plusieurs années,
avaient pour but de décliner une nouvelle gouvernance, impliquant davantage les usagers,
les collectivités et les organes économiques et sociaux dans la construction
des projets d’un nouveau périmètre terrestre et maritime,
définissant en quelque sorte une nouvelle identité » de territoire.

Avec les perspectives de projets de développement durable,
le projet de charte semble avoir réussi sa phase d’incubation.

La définition d’aire potentielle d’adhésion, d’aire maritime adjacente
comme espaces de discussion et territoires de projet et de développement durable
qui entourent les cœurs, tels des espaces de conservation
faisait partie des objectifs de la loi.
La charte devait permettre la mise en place d’un projet de développement durable.
A la notion de préservation de l’environnement est ajoutée la préservation du patrimoine culturel et leur moyen d’expression en interface
avec les activités durables économiques des bassins de vie concernés.

Notre avis abonde sur l’existence intrinsèque des cœurs de Parc définis
comme des espaces terrestres ou marins exceptionnels en raison
de leur qualité paysagère, de leur richesse biologique ou historique.

Ils doivent bénéficier d’une protection renforcée visant à concilier
leur protection avec les besoins des habitants, l’accueil et l’information du public
ainsi qu’avec la pratique des loisirs de pleine nature.
Concernant l’aire d’adhésion et sa réplique en mer appelée aire marine adjacente
qui ne sont pas soumises à une réglementation spécifique, ces espaces sont indiscutablement interdépendants avec les cœurs de Parc
dont ils doivent tirer une partie de leur attractivité et de leur vitalité.

L’aire d’adhésion nous semble bien être un espace de projet sur laquelle
sont définies avec les décideurs locaux des orientations de développement durable.
Nous sommes favorables à ce que les limites de l’aire potentielle d’adhésion
soient définies selon les critères suivants :

• L’appartenance à un ensemble géomorphologique et paysager fondateur
du caractère du parc.
• L’ambiance littorale et marine limitée par la ligne des premières crêtes continentales.
• Les co-visibilités entre littoral et archipel des îles Hyères.
• Les valeurs et liens écologiques.
• Les liens de solidarité économique forts avec les cœurs du parc,
en particulier les principaux pôles émetteurs d’activités et de fréquentation.

LA CHARTE

Ce document ressource, qui fixe les orientations de projet de territoire,
est basé sur la notion de développement durable dans l’aire d’adhésion
et de préservation des milieux naturels dans les cœurs, à moyen terme,
est évolutif et évalué régulièrement.

Cette charte doit permettre une synergie entre les acteurs autour
du développement mais aussi la mutualisation des expériences et
du capital de connaissances, le soutien aux activités économiques traditionnelles
(pêche artisanale, horticulture, viticulture et développement de technologies douces…),
le soutien à la formation et l’éducation des jeunes, la contribution à la recherche
de financements publics ou privés pour des projets collectifs liés au développement durable tout en valorisant les potentialités des espaces naturels,
la labellisation de produits et des services portés par une nouvelle gouvernance territoriale (partenariat Établissement public – Collectivités – acteurs économiques).

Parc-national-de-Port-Cros-mediterranee-1_fs

CONTENU (6 ambitions)

Autour de 6 ambitions essentielles et 15 objectifs, la charte prévoit de :

1 – Préserver et mettre en valeur le patrimoine naturel, culturel et paysager littoral, maritime et insulaire du parc national dont :

• Préserver l’identité paysagère et les ambiances constitutives du caractère des cœurs
• Conserver et mettre en valeur les patrimoines exceptionnels des cœurs
• Adapter la fréquentation aux capacités et au caractère des cœurs

2 – Préserver la biodiversité et les fonctions des milieux naturels terrestres et marins dont :

• Mener des actions spécifiques pour conserver les habitats et espèces patrimoniaux
• Limiter les impacts des activités sur les habitats et les espèces patrimoniales

3 – Soutenir un développement local durable, valorisant les potentialités du territoire
et respectant ses capacités dont :

• Promouvoir un accueil du public et une offre de loisirs durables
• Conforter des îles habitées et actives et favoriser la présence de population et d’activités permanentes

4 – Promouvoir un aménagement durable et une mobilité apaisée dont :

• Faire des îles un espace d’excellence en matière d’écoresponsabilité
• Garantir un aménagement durable exemplaire améliorant le cadre de vie et l’identité des lieux

5 – Préparer l’avenir en investissant dans la recherche, l’innovation et l’éducation
au développement durable et en anticipant les évolutions du territoire dont :

• Faire du cœur un espace de référence en matière de connaissance.
• Éduquer et sensibiliser tous les types de publics à l’environnement exceptionnel des cœurs de parc.

PortCros2

6 – Développer une approche intégrée terre/mer par une coopération renforcée,
une articulation des outils et une solidarité d’action entre acteurs :

• Planifier et coordonner la mise en œuvre stratégique, le suivi et l’évaluation de la charte
• Favoriser l’appropriation de la charte par tous
• Poursuivre une coopération renforcée et des échanges d’expériences en matière
de développement durable et de gestion intégrée des zones côtières notamment
à l’échelle de la Méditerranée.

00rv32yacine_port-cros

REMARQUE 1 :

Sur le fond, si nous sommes en accord sur les ambitions qui définissent par principes génériques les orientations de la charte, nous souhaitons poser la question
de la gouvernance qui semble se profiler sans ambiguïté dans l’exercice des relations
entre l’institution « Parc » et les Collectivités dans l’aire d’adhésion.
Cependant comment régir les règles d’urbanisme et d’aménagement du territoire
par rapport à l’outil SCOT sans imposer des règles strictes relatives aux attentes liés
à l’ambition 4 « Promouvoir un aménagement durable et une mobilité apaisée »
sans contre-indication avec les outils d’urbanisme en place dans les communes
(PLU ou POS en révision) et ce même si « La loi ne prévoit pas de transfert de pouvoirs au parc national et que les communes, les administrations de l’État, les acteurs économiques contribuent à la mise en œuvre de la charte dans le cadre
de leurs prérogatives habituelles et de leurs moyens »
?

REMARQUE 2 :

De même et sur le fond, si la démarche globale de la charte est ambitieuse,
nous sommes sceptiques sur la recherche de financements.
Car si « les projets collectifs inscrits dans la charte bénéficieront d’un accès privilégié
aux financements publics et privés », on peut douter de la capacité d’aides publiques
en raison de la réduction des dotations de l’état aux collectivités et des budgets d’orientation d’ores et déjà définis à l’échelle Européenne pour la mandature 2014-2020, le provisionnement aléatoire de financements en direction de projets portés par
les parcs nationaux ?

REMARQUE 3 :

Concernant l’évaluation environnementale et le lourd bilan de la dégradation de la nature, la biodiversité en péril, les catastrophes naturelles en forte augmentation,
alors que depuis le Sommet de RIO en 1992 le signal d’alarme a retenti quant
à l’impact avéré de l’activité humaine sur l’environnement, cause vraisemblable
des dérèglements climatiques, les documents fournis dans l’enquête ne sont pas fouillés
et assez étayés pour apporter la preuve de cet impact sur le territoire du nouveau périmètre alors que la documentation existe très certainement.
Nous regrettons que ces ressources n’aient pas été portées à la connaissance du public
et des éluEs afin de justifier de l’urgence d’une nouvelle dynamique à engranger.

REMARQUE 4 :

Sur la forme, nous déplorons que la forme rédactionnelle de la Charte
ait pu effrayer un public de lecteurs déjà peu amènes à son adoption.
Le document charte en lui-même n’est pas de nature à vulgariser un sujet
qui n’est pas acquis dans l’inconscient collectif local et qui a été souvent brandi
comme un outil indispensable pour l’exercice exacerbé du populisme
par certains éluEs locaux.

Reunion-publique-a-Cavalaire_format_1280x500

REMARQUE 5 :

A nouveau sur la forme, même si un groupe de travail a œuvré pendant plus de 3 ans
à l’élaboration de la charte et que d’une Version 1 à la Version 4 du document d’enquête, les paliers franchis témoignent réellement d’un travail concerté ayant pris en compte
les avis différents et complémentaires des participants, au Lavandou, nous aurions gagné
à voir les acteurs du Parc (éluEs, personnels administratifs et membres de la direction
ou du pôle communication) plus présents pour « casser » la dynamique
d’anti-jeu orientée contre le projet de Charte entretenue par la municipalité.
Celle-ci a tout essayé (Référendum sans valeur juridique, thème majeur en campagne électorale) pour créer des conditions anxiogènes d’appréhension de la Charte
du Parc National de Port-Cros en niant les atouts socio-économiques
d’un nouveau territoire porteurs de solutions adaptées à l’activité humaine
tout en préservant un environnement socle d’un tourisme de plus en plus
friand d’espaces naturels préservés, transmis de manière pédagogique et éducative.

plongee-dans-la-reserve-du-parc-national-de-port-cros-barracudas

—————————————————————————————–

LE GROUPE LA VILLE HEUREUSE
DU CONSEIL MUNICIPAL DU LAVANDOU
étant donné,

Les atouts avérés et liés ,

– A la définition d’un nouveau territoire porteurs de solutions économiques
et d’une harmonisation qui vont 
dans le sens d’une esthétique paysagère et naturelle
sans porter atteinte aux identités locales,

– Au respect du fonctionnement des collectivités situées sur le périmètre de l’aire d’adhésion sans ingérence sur leurs outils d’urbanisme mais avec un avis consultatif
en capacité d’agir pour l’amélioration des conditions de vie au quotidien,

– A la prise en compte des enjeux environnementaux sur la terre et en mer
comme nouvelle donne des décisions 
qui doivent présider aux développements
d’une économie soucieuse des ressources et respectueuses dans sa consommation
mais aussi des phénomènes de pollution et de rejets ou de production de déchets.

– A la nécessité de mutualiser les moyens de mise en œuvre des nouveaux outils propices
à une urbanisation maitrisée porteuse de solutions pour un « HABITER » digne,
tout en préservant les terres agricoles, 
et en évitant les risques irréversibles
de modification de la porosité des sols,

EMET UN AVIS FAVORABLE AU PROJET
DE CHARTE DU PARC NATIONAL DE PORT-CROS

Fait au Lavandou, le 15 Janvier 2015
Jean-Laurent Félizia

Publié dans Média, Non classé | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Je suis Charlie

 

10920251_10153086666392318_9176153279442786634_o

Publié dans Billet d'humeur, Média | Marqué avec | 2 commentaires

Inflation ou angoisse du manque ?

L‘inflation est un phénomène insidieux mal assimilé.
De plus, combinée avec une mémoire sélective pour ne pas dire défaillante,
elle conduit à de graves erreurs d’appréciation.

inflation

J’entendais des personnes se plaindre du fait
que les prix du billet de train allaient augmenter de 2.5 %.

Il faut replacer cela sur une période plus longue.

En 1965, un billet Paris-Strasbourg en seconde classe coutait 50 Francs.
le SMIG (G pour garantie) était à 2,01 Francs.
Il fallait donc, pour un smigard, travailler 25 heures pour se payer un tel billet.

Aujourd’hui, le même billet coûte de 47 € à 88 €.
C’est le résultat de la loterie actuelle de le SNCF. ( sans aucune réduction particulière)

Le SMIC (C pour croissance) est à 9,53 €
Il faut donc , pour un smicard, travailler de 5 heures à 9 heures
pour se payer le même billet.

Le prix du billet de train a donc été divisé par 2,7 à 5,1
soit une réduction de 63% à 80 % depuis 1965.

Je vous laisse comparer le confort des wagons actuels
à ceux de l’époque et les temps de parcours.

En valeur 2014, un billet de 1965 couterait
250 € aller simple Paris-> Strasbourg.

Pour une autre comparaison, cela ferait le billet aller simple
Paris-Toulon au alentours de 300 € à 400 € et 9 heures de voyage.

Alors, si on veut que les trains circulent encore en toute sécurité,
que les lignes autres que principales soient conservées,
que les locomotives et les caténaires soient absolument fiables
et qu’il y ait un autre agent que le conducteur dans le train,
il est même souhaitable que le billet augment bien plus que 2.5% !!!

L’ennui dans tout cela est que ce formidable progrès,
notamment dans le sacro-saint pouvoir d’achat,
soit nié par une majorité de Français.

Pierre Custaud, Toulon

Publié dans Billet d'humeur | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

2015 ou la Bonne Année de résistance et de clairvoyance !

Bien sûr la Santé, évidemment l’Amour et la joie de vivre,
sans aucun doute la prospérité pour moteur matériel des projets,
mais également résistance et clairvoyance à toutes et tous.

New Year 2015

Résistance tout d’abord à tous les glissements de l’esprit ;
2015, c’est cette année en particulier où nos forces intellectuelles
devront se garder de jugements hâtifs sur les autres,
sur les décisions qui nous engagent individuellement puis collectivement.

2015, c’est 365 jours durant lesquels, je souhaite à toutes celles et tous ceux
qui ne se résolvent pas à baisser les bras et qui vents et marées contre la fatalité
remettent sur le métier vingt fois leur ouvrage de tenir tête à la facilité,
à la paresse et au manque de créativité.

Nous avons tous le droit, de temps à autres, de nous sentir dépassés,
de nous voir dépossédés un instant de nos convictions,
par un débat qui secoue, une formule qui dérange ou
une posture égoïste et malveillante qui humilie le genre humain.

Mais pour nous, qui sommes engagéEs pour le bien public,
pour la cause commune ou pour un idéal de vie, nous avons notre libre arbitre.

Et le libre arbitre, c’est certainement la dernière porte blindée,
salutaire à l’authenticité de nos convictions.

Pour se faire la clairvoyance est un fanal.

Quand il est courageux de s’opposer, quand il est normal d’amender des idées
dans le pot des débats contradictoires, quand face à la mauvaise foi
et face au clanisme lâche il est impérieux de réagir,
la clairvoyance est le dernier repère qu’il faut scruter.

Au Lavandou comme ailleurs, dans notre département, dans notre région,
dans notre beau pays, au milieu d’un monde dont le climat déréglé ne nous attend plus,
La Ville Heureuse souhaite la plus belle résistance qu’il soit donné
aux femmes et aux hommes qui chaque matin se lèvent avec le désir puissant
de s’investir pour donner de leur temps, de leur énergie renouvelable
avec la plus lumineuse des clairvoyance en faveur du souffle
qui traverse de loin en loin les petits d’hommes.

Ceux-là même qui demain transmettront la vie, inexorablement et merveilleusement.

Belle année à vous !

Jean-Laurent Félizia

« Il faut toujours connaître les limites du possible. Pas pour s’arrêter, mais pour tenter l’impossible dans les meilleures conditions. » Romain Gary

Publié dans Billet d'humeur | Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires

Communiqué du 30 Décembre 2014

Georges Taillade quitte le Groupe de la Ville Heureuse.

Elu en troisième position au soir du 1er tour des élections municipales en Mars dernier,
et après quelques mois de travail en commun au sein de l’assemblée municipale,
des points de vue divergents – quant à la défense des intérêts et des projets portés
par la Ville Heureuse- ont conclu à une séparation.

Georges Taillade conservera son poste d’élu en toute indépendance
au sein des commissions du Conseil Municipal auxquelles il participe
dans le respect de son engagement au service du Lavandou et des Lavandourains.

Le Groupe de la Ville Heureuse composé de deux éluEs,
Jean-Laurent Félizia et Brigitte Vanborre,
sollicitera le Conseil Municipal pour intégrer les commissions
au sein desquelles M. Taillade continuera pour autant de travailler.

Publié dans Billet d'humeur, Média | Marqué avec , | Laisser un commentaire